Découvrir quelques lieux d’exception en résidant dans un Riad à Marrakech

Déc 20, 17 Découvrir quelques lieux d’exception en résidant dans un Riad à Marrakech

La richesse du Maroc ne cesse de surprendre les visiteurs qui y viennent par millions chaque année. Ceux qui y viennent et qui vont dans un Riad à Marrakech ont l’occasion de découvrir des lieux pleins d’histoire et de souvenirs. Des lieux qui sont parfois les vestiges de l’ancienne gloire que le pays a connue. Les nombreuses monarchies qui ont régné sur le Maroc ont laissé des traces, ces dernières sont parfois toujours visibles. Tout comme d’autres monarchies, la dynastie Saâdienne a laissé sa marque sur la ville de Marrakech.

Les tombeaux Saâdiens, héritage d’une dynastie disparue

Les tombeaux Saadiens, restent l’un des derniers vestiges de la dynastie Saâdienne, une preuve du règne de cette puissante et raffinée dynastie sur le Royaume du Maroc. Les tombeaux Saadiens, se situent non loin de la mosquée de la Kasbah, et des riads à Marrakech, ils sont l’une des rares traces laissées par la dynastie Saâdienne, qui régna entre 1524 et 1659 sur la cité. Les tombeaux Saadiens n’ont pu être découverts qu’en 1917, jusque-là le secret de leur existence était bien gardé. Il est vrai que l’usage de ces tombeaux a commencé dès le quatorzième siècle, pourtant c’est seulement au 16ème siècle qu’ils ont acquis leur splendeur, pendant l’enterrement du prince Mohamed Cheikh en 1557. Ahmed El Mansour, fils de Mohamed Cheikh, connu sous le nom d’Ahmed « le doré », a fait agrandir et embellir la nécropole en construisant le koubba qui portait le nom de sa mère « Lalla Mesouada ». Cette dernière y est enterrée depuis 1591, tout comme les trois successeurs du sultan.

L’espace le plus riche de la nécropole, qui reflète la splendeur du Riad al ksar à Marrakech est la salle des douze colonnes qui abrite la sépulture d’Ahmed « le doré ». Les plafonds sont faits de cèdre et le travail des stucs est fait avec beaucoup de soin. Quant aux sépultures, elles sont faites en marbre de Carrare. Sur certaines tombent, l’on retrouve des épitaphes poétiques, notamment sur celle de la princesse Zorba où l’on peut lire « Voici la tombe de la noble dame, nouvelle lune, merveille des vertus. ». Afin de mieux profiter de la visite des tombeaux Saadiens et d’en apprendre plus sur leurs histoires, il vaut mieux se faire accompagner d’un guide assermenté. La visite ne dure pas plus de 30 minutes, pour la visite, il faut pouvoir négocier un prix équivalent au temps de visite estimé.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *