Tourisme et handicap : ces campings qui relèvent le défi de l’accessibilité

Mai 23, 18 Tourisme et handicap : ces campings qui relèvent le défi de l’accessibilité

Aujourd’hui encore, malgré les progrès notables des établissements en termes d’accessibilité, il n’est pas toujours simple, pour les personnes en situation de handicap, de partir en vacances. Afin de sélectionner une structure adaptée à leurs besoins, les individus ayant un handicap physique ou mental peuvent se rapprocher des établissements bénéficiant du label tourisme et handicap : ils sont référencés sur le site de l’association éponyme.

Zoom sur l’action de l’association Tourisme et Handicap

Depuis plus de 15 ans, l’association Tourisme et Handicap se bat pour que toutes les personnes en situation de handicap bénéficient du droit de partir en vacances — et d’en profiter ! Même si l’on observe une démarche volontaire dans beaucoup de structures, le nombre de lieux labellisés reste trop faible, ce qui limite naturellement le choix : pas facile de trouver un camping labellisé tourisme et handicap, même s’il en existe dans plusieurs régions.

L’association considère que, même dans le cadre de nouvelles ouvertures sur des grandes chaînes reconnues, on ne se pose pas toujours la question de l’accessibilité — tandis qu’elle est primordiale. Les contrôles sont rares et, contre toute attente, les minimas légaux ne sont pas toujours respectés.

Pour les gérants de cette association, il est impératif de stimuler une prise de conscience dans le secteur du tourisme, pour encourager tous les établissements à suivre les normes. De plus, la mise en place d’une rampe d’accès ou d’éclairages à contrastes de couleur, initiatives essentielles pour les handicapés, sont aussi des idées pertinentes pour améliorer le confort de tous les vacanciers.

Des structures jouent le jeu et remplissent tous les critères de l’accessibilité

Ils sont minoritaires, mais ils deviennent progressivement de plus en plus nombreux. Les sites labellisés Tourisme et Handicap répondent à tous les besoins des personnes en situation de handicap : ils accueillent aussi bien des sujets en fauteuil roulant que des individus mentalement handicapés, dans des conditions optimales.

Concrètement, différents travaux sont nécessaires pour accueillir des personnes à mobilité réduite. Par exemple, ces dernières doivent pouvoir accéder sans difficulté à tous les espaces, qu’il s’agisse des sanitaires, des supérettes, de l’accueil — mais également des lieux de détente et de loisirs. En outre, la présence de mobile homes adaptés aux normes PMR est incontournable dans un camping labellisé : le fauteuil roulant doit pouvoir circuler entre toutes les pièces et les équipements doivent tous être manipulables par la personne en situation de handicap.

Comment le label Tourisme et Handicap est-il attribué ?

L’association Tourisme et Handicap explique clairement les conditions d’attribution de son label sur son site web. Avant tout, il s’agit d’une démarche volontaire accessible à tous les professionnels du tourisme. En revanche, c’est un engagement : la structure doit accueillir de façon qualitative toutes les personnes en situation de handicap à long terme.

Plusieurs étapes s’enchaînent avant d’obtenir le label : un premier questionnaire d’auto-évaluation, une candidature, un acte d’engagement. À réception de la demande, l’association mobilise un binôme pour évaluer le dossier : l’ensemble du site, des services et la compatibilité avec tous les handicaps (auditif, mental, moteur, visuel). Une fois la décision prise, la commission régionale d’attribution de la marque inspecte le rapport, de façon objective, mais en faisant aussi appel à une démarche de bon sens (on prend en compte les situations spécifiques, le contexte, etc.).

Selon les cas, la marque nationale « Tourisme et Handicap » est attribuée pour 2, 3 ou 4 familles de handicap, pour une durée maximale de 5 ans.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *